"The Littoral Zone" de Marc Quinn

  • Planet, 2008, Collection Privée - Photo : T.Ameller - Musée océanographique 2012 Planet, 2008, Collection Privée - Photo : T.Ameller - Musée océanographique 2012
  • "Evolution" 2005, Courtesy Pinchuk Art Centre, Kiev Photo : T.Ameller - Musée océanographique 2012 "Evolution" 2005, Courtesy Pinchuk Art Centre, Kiev Photo : T.Ameller - Musée océanographique 2012
  • "Evolution" 2005, Courtesy Pinchuk Art Centre, Kiev Photo : T.Ameller - Musée océanographique 2012 "Evolution" 2005, Courtesy Pinchuk Art Centre, Kiev Photo : T.Ameller - Musée océanographique 2012
  • Self, 2011, Courtesy Marc Quinn Photo : T.Ameller - Musée océanographique 2012 Self, 2011, Courtesy Marc Quinn Photo : T.Ameller - Musée océanographique 2012
Postez votre commentairePostez votre commentaire
Envoyer cette page à un ami...
L’exposition « The Littoral Zone » de Marc Quinn, proposée du 12 mai au 15 octobre 2012, a attiré 377 000 visiteurs au Musée. Tous ont pu s’interroger sur l’origine et le cycle de la vie au travers d’œuvres captivantes.
 
Fidèle au souhait de son Fondateur le Prince Albert Ier, qui voulait « réunir dans un même éclat les deux forces directrices de la civilisation : l’Art et la Science », le Temple de la Mer a ouvert au public les portes de l’univers fascinant de Marc Quinn. Le titre de l’événement, à lui seul, était une invitation à parcourir chaque salle du Musée comme un espace où les frontières entre terre et mer, vie et mort, musée et modernité disparaissaient dans un même mouvement de vague sur le rivage.

Au total, une soixantaine de peintures, sculptures et installations étaient présentées dans les salles du Musée, sur son grand parvis et sa terrasse panoramique. Parmi elles : des marbres colossaux illustrant l’évolution du fœtus au cours des neuf mois de grossesse, des huiles sur toile fascinantes de réalisme ou encore le célèbre autoportrait de l’artiste, réalisé grâce à son propre sang congelé. L’œuvre d’art Burning Desire, orchidée hybride rouge flamboyante de plus de quatre mètres d’envergure, a même pris place au cœur de la Principauté de Monaco, en investissant l’emblématique Place du Casino.

Dialogue entre le passé et le présent, « The Littoral Zone » a bousculé les codes en mêlant collections historiques et œuvres contemporaines. Les visiteurs ont pu tour à tour rêver, s’enrichir et s’émerveiller, grâce à cette exposition d’envergure, véritable alchimie entre l’univers de l’artiste et le monde des océans.
 
Postez votre commentaire
  • Vous aussi, réagissez à l'article...
  • « Pour une réponse rapide, laissez-nous votre mail (celui-ci apparaîtra uniquement à l’administrateur du site) »